Happy GOVDAY | Hervé PILLAUD
HAPPY GOVDAY : Le 2er Sommet international de la Gouvernance à Lyon - Le 28 Novembre 2017 Siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon
Happygovday, sommet, gouvernance, Lyon, Région Auvergne-Rhône-Alpes,
2956
page-template-default,page,page-id-2956,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

Hervé PILLAUD

Membre du conseil national du Numérique français / Agriculteur – Eleveur


 

 

Membre du conseil national du numérique, président du groupe Etablières, président délégué IRD (innovation, recherche et développement) de la Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, coordinateur AgriDev pour le groupe FDSEA Vendée, et membre d’honneur de La Ferme Digitale.
Il est l’auteur de deux essais « Agronuméricus : internet est dans le pré » et « Agroeconomicus manifeste d’agriculture collabor’active » aux éditions de La France Agricole
Il a collaboré à de nombreux autres ouvrages collaboratifs : en 2016 L’avenir c’est demain 27 propositions pour 2035 publié par le CERA et à sortir début 2018 un ouvrage dirigé par l’université d’Aix Marseille sur l’Agriculture durable aux éditions PUAM
Hervé Pillaud milite activement pour la cause agricole.
Il dessine sa vision de l’agriculture de demain face à ses défis dans une société qui évolue.

Happy GovDay j’en suis : « Beaucoup s’accordent à penser que nous sommes à une bifurcation de civilisation comme l’humanité en a peu connue. Le monde est engagé dans toute une série de mutations extrêmement profondes, si profondes qu’elles remettent en question tout notre modèle sociétal patiemment édifié depuis près de deux siècles. L’agriculture n’échappe pas à ces changements, elle en est peut-être même un des prémices. Une évolution est inéluctable et l’agriculture peut y jouer un rôle essentiel. Chacun peut choisir délibérément d’être acteur ou spectateur. La seule question qui soit est de savoir si on désire agir ou subir la renaissance qui se dessine ? »