Happy GOVDAY | Catherine MAUNOURY
HAPPY GOVDAY : Le 2er Sommet international de la Gouvernance à Lyon - Le 28 Novembre 2017 Siège de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon
Happygovday, sommet, gouvernance, Lyon, Région Auvergne-Rhône-Alpes,
1327
page-template-default,page,page-id-1327,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,vss_responsive_adv,footer_responsive_adv,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

Catherine MAUNOURY

Présidente de l’Aéro-Club de France
Ambassadrice du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget
Double championne du monde de voltige aérienne

Pilote avion brevetée depuis l’âge de 17 ans – Maîtrise de philosophie – Mère de deux enfants – Colonel de la réserve citoyenne ADER – Membre de l’Académie de l’Air et de l’Espace – Marraine de SEAir


 

Dès son plus jeune âge, Catherine Maunoury s’est intéressée aux avions. Elle n’a que huit ans quand son père, médecin pilote, l’emmène voler pour la première fois. Encouragée par lui, elle devient la plus jeune pilote brevetée à 17 ans. Sa passion la mène au plus haut niveau de la compétition : elle accumule les titres aux championnats de France, d’Europe et du Monde et se situe toujours aujourd’hui parmi les meilleures femmes pilotes mondiales.

Après avoir gagné son second championnat du monde en 2000, douze ans après son premier titre, à force d’entraînement et de persévérance dans la motivation, forte de son expérience de gestion des équipages long courrier d’Air France, elle décide d’arrêter la compétition pour se consacrer au coaching de pilotes, à la présentation aérienne et au partage de son expérience à travers des conférences et diverses interventions. Les qualités qu’elle a su mettre en œuvre dans ses différents domaines de compétence et d’excellence ne sont-elles pas aujourd’hui requises dans la vie professionnelle en entreprise et, en fin de compte, dans la vie quotidienne ?

La voltige aérienne n’est pas de « l’acrobatie » fantaisiste, mais une école d’excellence où se mêlent plaisir, entraînement et patience car le pilote est à la recherche permanente de la performance technique et de l’expression esthétique optimale. C’est aussi un sport de haut niveau codifié. En compétition, les figures sont répertoriées et présentées dans des programmes, connus, libres, inconnus, comme en patinage ou en gymnastique. La créativité s’exprime, elle, dans la présentation publique et en show aérien. Cependant, même là, l’improvisation est totalement exclue car le niveau de sécurité exigé est extrême.

 

J’en suis parce que :

« Pour la voltigeuse que je suis, le bonheur de voler s’appuie avant tout sur un enthousiasme, une passion pour l’aviation qui soutient le nécessaire et laborieux apprentissage, afin de parvenir à la maîtrise de la technique aussi bien que la maîtrise de soi-même, de son corps et de son mental. Il faut aussi apprendre à prendre des risques, mais surtout à les gérer et les apprivoiser pour acquérir la liberté de se mouvoir dans les trois dimensions et d’être un humain qui vole.  Je suis convaincue qu’une gouvernance, pour être heureuse et humaine, repose sur de semblables qualités. »